Mafia

Roberto Saviano à Genève: «je ne suis pas un héros»

Par ALAIN JOURDAN le 22.04.2010 à 11:09

L’auteur de Gomorra a ouvert la conférence mondiale sur le journalisme d’investigation.

Arrivé entouré de ses gardes du corps le journaliste italien ne regrette pas ses enquêtes sur la mafia napolitaine même si va vie a changé. «Ma vie est la démonstration que les mots ont un pouvoir énorme», a confié l’auteur de Gomorra qui ne peux plus «se déplacer au restaurant avec des amis». «Je ne suis pas un héros. On m’a tellement annoncé que j’allais mourir que je n’ai pas peur», ajoute-t-il. Si les mafias sont enracinées en Italie, elles ont étendu leur influence à toute l’Europe. Roberto Saviano pense qu’il faudrait une législation commune pour lutter efficacement contre le phénomène.

En attendant les articles et les enquêtes sont, selon lui, le meilleur remède même si d’autres pensent le contraire. Silvio Berlusconi a jugé dernièrement que le travail de Roberto Saviano faisait de la publicité à la mafia. Accusation que récuse le journaliste qui ne pensant qu’on puisse régler un problème en le taisant. «Aujourd’hui, il est toujours difficile de parler des organisations criminelles tant leur poids économique est devenu important. Les liens sont très forts», poursuit le journaliste qui évalue à 100 milliards l’argent des mafias injecté dans l’économie européenne.

Sondage

Une initiative voudrait punir les juges en cas d'erreur: votre avis?




Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce

L'actualité croquée par Herrmann