Sécurité routière

Le permis de conduire ne sera pas limité à dix?ans

Par Berne le 19.12.2011 à 00:00

Le Conseil national a refusé de mettre sur le même pied le permis de conduire et la carte d’identité. Le projet est donc enterré

Le Conseil national est d’accord pour rendre les rues plus sûres mais pas à n’importe quel prix. Il a tiré hier à boulets rouges sur le nouveau permis de conduire concocté par le Conseil fédéral. Comme les Etats ont déjà dit non, le projet est mort-né.

L’idée du gouvernement, c’était de mettre le permis de conduire sur le même plan que la carte d’identité. A savoir, lui fixer une date de péremption de «dix?ans au moins». Changement le plus notable: tous les conducteurs auraient été astreints à l’âge de 50?ans de passer un examen visuel pour conserver leur document.

Le Conseil national a tué dans l’œuf ce contrôle obligatoire (lire ci-contre) et il a plus généralement refusé que le Conseil fédéral fixe des durées de validité pour les différentes catégories de permis. Selon la Chambre basse, le «bleu» doit conserver sa durée illimitée sauf, bien sûr, dans certains cas, notamment lorsque l’on a affaire à des chauffards.

350 morts

Le Conseil national a cependant réaffirmé sa volonté de légiférer pour une meilleure protection routière. Certains élus ont été choqués par la succession d’accident ces dernières semaines. Ce week-end, c’est une famille bernoise qui a vécu un drame terrible. Un père a été fauché mortellement par une voiture devant sa femme et ses deux enfants.

Le tribut payé à la route, même s’il est en diminution, reste lourd en Suisse: 350 morts et 4700 blessés. Selon le Conseil fédéral, cela coûte à la société 5 milliards de francs par année en

dommages matériels, frais médicaux et perte de production sur le marché du travail. Et comme le soulignent

plusieurs élus, «derrière ces chiffres, il y a des êtres humains et des souffrances incommensurables».

Il faut cependant souligner que dans les années?70, les routes suisses étaient nettement plus meurtrières puisqu’on a compté jusqu’à 1700 morts et 18?000 blessés par année. La conseillère fédérale Doris Leuthard a rappelé hier comment les différentes mesures pour la sécurité, dont l’abaissement du taux d’alcool autorisé, avaient contribué à rendre les routes plus sûres. En présentant le nouveau projet Via sicura, qui allie mesures de prévention et de répression, elle espère diminuer de 25% le nombre d’accidents.

Chaud débat

La majorité du Conseil, à l’exception de l’UDC qui dénonce «une criminalisation des automobilistes», approuve les grandes lignes du projet. Simplement, à droite, on trouve que certaines mesures ne laissent pas assez de place à la responsabilité individuelle alors qu’à gauche la sécurité passe généralement par plus de contrôle.

Signe d’un débat chaud, une centaine d’amendements ont été déposés. Hier, le National a traité de la question des permis, de l’âge pour conduire un cycle ou du contrôle médical obligatoire dès 70?ans. Ce matin, la Chambre basse examinera les sanctions qui doivent frapper les fous du volant. Une peine de quatre?ans de prison est envisagée

Sondage

Avec Belinda Bencic, la Suisse tient-elle sa nouvelle Martina Hingis?




Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce

Service clients

  • Abonnements et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h/13h30-17h
    Tél. 0842 850 150, Fax 022 322 33 74
    Depuis l'étranger: +41 22 322 33 10
    Adresse postale: Service clients
    CP 5306 - 1211 Genève 11