L’hiver sera-t-il islamiste?

Par le 28.09.2011 à 09:35

A vous la charia, à nous le pétrole, chacun sa religion! C’est ainsi que se résume l’alliance stratégique entre l’Occident et l’islamisme que le printemps arabe a remis au-devant de la scène alors qu’il était en décrue. Il s’agit d’un changement géopolitique majeur aux conséquences encore imprévisibles.

A vous la charia, à nous le pétrole, chacun sa religion! C’est ainsi que se résume l’alliance stratégique entre l’Occident et l’islamisme que le printemps arabe a remis au-devant de la scène alors qu’il était en décrue. Il s’agit d’un changement géopolitique majeur aux conséquences encore imprévisibles.

Si l’apothéose de l’intégrisme est de plus en plus probable en Libye, car on sait comment finissent les révolutions qui commencent par Allah hou akbar, l’hypothèse d’une déferlante islamiste en Tunisie et en Egypte est occultée par les observateurs européens. On a pu écrire que dans ce printemps arabe, les islamistes n’ont joué aucun rôle, ce qui est de bon présage. Cela est vrai dans les cas cités, mais totalement faux pour la Syrie et la Libye. Dans ce pays, il s’agit du soulèvement armé d’anciens mercenaires de Ben Laden, financés par le Qatar et militairement soutenus par les forces de l’OTAN. D’intervention humanitaire, le processus s’est transformé en expédition coloniale, sous le commandement philosophique du nouveau Lawrence de Libye, BHL!

Malgré ce cynisme inouï qui n’a d’égal que l’idéalisme apparent, je persiste à croire que les jeunes Tunisiens et Egyptiens n’ont pas fait la révolution pour avoir une démocratie islamique. Cette nouvelle posture occidentale dénote un mépris profond des musulmans. Les stéréotypes culturalistes qui sont à la base de l’islamophobie sont souvent les mêmes qui sont au fondement du philo-islamisme. Si les musulmans sont pour l’islamisme au pouvoir, pourquoi pas, devaient se dire le faucon aux ailes de colombe Barack Hussein Obama et l’hirondelle du printemps arabe Hillary Clinton. L’alternative dictature ou islamisme, que les despotes arabes ont utilisée pour justifier leurs régimes, a été aussi l’argument de leurs protecteurs occidentaux. Il ne faut pas que cet argument manichéen profite désormais aux islamistes modérés.

Certes, l’Occident aura moins à craindre de l’islamisme à l’AKP qui va triompher en Tunisie et en Egypte que du régime taliban qui va naître en Libye. Dans tous les domaines de la vie, l’islamisme light ne sera pas tout de suite théocratique. Il procédera par petites touches, de façon graduelle, selon la bonne recette d’Erdogan, la nouvelle figure de l’intégrisme intégré.

Aucun régime arabe n’a préparé sa société à l’épreuve de la démocratie, par l’apprentissage de la sécularisation. Bien au contraire. Ce n’est donc pas le temps assez long que les Tunisiens vont mettre pour instaurer leur Etat démocratique qui est inquiétant, mais le temps très rapide que les forces de régression ont mis pour persuader les Tunisiens que l’islamisme est l’avenir.

Dernier ouvrage: «La face cachée de la révolution tunisienne», Ed. Apopsix, 2011

Sondage

Etes-vous favorable à la caisse publique?




Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce

Service clients

  • Abonnements et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h/13h30-17h
    Tél. 0842 850 150, Fax 022 322 33 74
    Depuis l'étranger: +41 22 322 33 10
    Adresse postale: Service clients
    CP 5306 - 1211 Genève 11