ANNIVERSAIRE

Le Musée d’art et d’histoire lance «L’exposition du siècle»

Par ÉTIENNE DUMONT le 17.02.2010 à 12:08

Isabelle Burkhalter et David Matthey racontent le MAH hier, aujourd’hui et surtout demain. Une manifestation «évolutive» qui se poursuivra jusqu’aux «grands travaux».

La salle a été dédiée par le Musée d’art et d’histoire (MAH) à Etienne Duval en 1914. Il fallait marquer le legs, par l’amateur genevois, de ses sculptures antiques. Dans les années 1970, ce vaste espace du rez-de-chaussée s’est vu donné à l’AMAM, et donc remodelé. Il s’agissait d’assurer le passage au contemporain. Depuis l’ouverture du Mamco, en 1994, le lieu présente des expositions temporaires de tout poil. Tout change…

 

Ce sont ces modifications successives qu’illustre, en partie, «L’exposition du siècle», créée à cet endroit pour marquer le centenaire du MAH. «Il s’agissait de rendre les visiteurs attentifs à l’histoire de ce musée, dont le caractère encyclopédique peut paraître déconcertant aujourd’hui», expliquent Isabelle Burkhalter et David Matthey, le couple choc désigné pour imaginer cette présentation. Celle-ci est destinée à durer, «sous une forme évolutive», jusqu’aux grands travaux prévus pour un avenir souhaité radieux.

 

«Le centenaire nous permet de raconter une aventure, de montrer l’état des lieux et de jeter un œil sur l’avenir.» Tout commence par le passé avec la constitution des collections, la construction du bâtiment de Marc Camoletti entre 1903 et 1909 et la présentation des salles en 1910. Les décennies suivantes se voient évoquées en projections. «L’exposition du siècle» doit en effet se contenter d’une grande salle et d’une petite.

 

Le présent se concentre autour des «compétences cachées». Il montre le travail des conservateurs, des restaurateurs et des organisateurs d’exposition. Là aussi, c’est du condensé, comme certains tubes de lait. Isabelle Burkhalter et David Matthey ont travaillé avec de petits modules, en tubulaires et plaques métalliques rouges. Voilà qui donne bien l’idée du chantier!

 

L’avenir s’articule autour du projet d’agrandissement. Le visiteur réalise qu’il permettra notamment la sortie de nombreux objets des réserves. «Nous pensons à nos instruments de musique anciens, mais aussi à nos textiles. Ces derniers bénéficiaient d’une large place en 1910.»

 

Quand les visiteurs auront accédé au futur, ils seront paradoxalement redescendus sur terre. Le sol de toute l’ex-salle de l’AMAM s’est vu rehaussé, histoire de «créer un effet de distance avec l’objet, qui est cette fois le musée lui-même.» Une idée quelque peu intellectuelle, comme le discours des deux commissaires.

 

C’est surtout le moment où, avec quelques idées en tête, le public peut affronter le bâtiment lui-même, édifice gigogne où les départements s’entre-pénètrent. Il aura en mains (s’il l’achète, bien sûr) la brochure «100 objets». Chacun d’eux, à trouver dans les salles, se voit expliqué par un spécialiste. Bon jeu de piste!

 

«L’exposition du siècle», Musée d’art et d’histoire, 2, rue Charles-Galland, Genève. Présentation semi-permanente. Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 17h. Entrée gratuite.

Sondage

Quatorze mille Vaudois vont se faire décrypter l'ADN. Et vous?




Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce