Aménagement

Pelleteuse contre dealers: la destruction des buttes de St-Jean a débuté

Par Julien de Weck le 23.08.2011 à 10:53

La destruction des monticules de la promenade de St-Jean a débuté mardi matin. Les travaux de terrassement s'étaleront sur une dizaine de jours.

 

Les dents métalliques de la pelleteuse ont croqué le monticule du parc de St-Jean ce mardi matin peu après 7 heures. Avec un but: faire table rase. Les centaines de mètres cubes de terre et de béton seront déplacés afin d'empêcher les dealers d'y dissimuler leur marchandise. Ainsi en a décidé la Ville, malgré le scepticisme des habitants du quartier.

«Autant vider le lac pour prévenir les noyades», raille Jean-Jacques Abbou, qui suit l'évolution du parc depuis 1985, année de son installation dans le quartier. «On s'attaque aux buttes plutôt qu'aux dealers. Pourquoi ne pas raser tous les parcs et vitrifier Genève?» L'homme observe aux premières loges le trafic de drogue qui gangrène l'atmosphère de cette portion de ville. «Les consommateurs ont pris leurs habitudes. La nuit, ils garent leur véhicule rue de la Pisciculture, font un signe et achètent leur dose. Un vrai Mc Drive», témoigne-t-il.

Ce matin, nul dealer, mais des buttes grillagées, chantier oblige. Au pied du monticule qui séparait jusqu'alors le parc et la rue de Saint-Jean, le banc a été retiré. «Ces messieurs les dealers en ont d'autres à leur disposition un peu plus bas», ironise Christiane, une habitante qui admire les riverains du parc Geisendorf et leurs actions répétées d'occupation de terrain pour en chasser les trafiquants. «Nous parlons de la réappropriation du territoire entre voisins. Maintenant si la destruction des buttes me permet de revenir sur les bancs, ce serait agréable», glisse Christiane, peu convaincue. «Ce n’est pas les caches qui manquent dans les environs».

Dans notre édition du 19 août, la police cantonale émettait également des doutes sur ce recours: «Nous restons convaincus que la première solution, ce sont les mesures de contrainte», confiait son porte-parole Philippe Cosandey. «Mais rendre l'espace plus lumineux, et donc moins propice à s'y cacher, peut aussi aider. Tout comme cela peut reporter le problème ailleurs...»

Les travaux de terrassement devraient durer une dizaine de jours et ne nécessiteront pas moins de 60 camions chargés de déblais. A terme, les buttes laisseront place à une prairie fleurie et des petits arbres.

Sondage

La loi va exiger un vin genevois dans les bistrots et restaurants du canton...




Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce

L'actualité croquée par Herrmann