Développement

HSBC déménage plus de 1000 salariés à Blandonnet

Par ÉLISABETH ECKERT le 13.03.2009 à 00:03

Le Centre d’affaires international, sis près l’aéroport, devient un centre économique névralgique de Genève. Polo Ralph Lauren, le TCS, IBM et bientôt L’Oréal Suisse ou Transocean y ont installé leur siège. Le mégadéménagement de la grande banque privée commencera l’an prochain, regroupement oblige.

Les nouvelles positives, surtout dans le secteur bancaire, ne sont pas forcément légion à Genève. Celle-ci en est une: «Nous avions demandé à notre société de conseils, CB Richard Ellis, d’étudier tous les sites possibles en Suisse capables d’accueillir jusqu’à 1300 salariés. Jusqu’à
Zurich s’il le fallait, explique ainsi Jean-Claude Brodard, directeur de l’administration clientèle et de la logistique chez HSBC Private Bank (Suisse). Mais, très vite, la direction générale du groupe, à Londres, a tenu à ce que nos salariés actuellement à Genève y restent.»

C’est désormais chose faite. En décembre dernier, juste avant Noël, la grande banque privée genevoise – qui emploie, en tout, plus de 2000 personnes en Suisse, dont 1550?personnes dans la Cité de Calvin – a signé un accord avec la société genevoise RI Realim SA pour s’installer au Centre d’affaires international de Blandonnet (BIBC). Un succès et une solution 100% genevois, donc.

Banque dispersée sur douze sites

HSBC Private Bank (Suisse), dirigé par Alexandre Zeller, est en effet un acteur de poids, à la croissance impressionnante: «Chaque année, nous avons engagé entre 150 et 200?personnes supplémentaires, explique Jean-Claude Brodard. L’an dernier, par rapport à 2007, la croissance de nos effectifs a même atteint 17%.» A s’agrandir ainsi, HSBC s’est retrouvée dispersée sur douze sites à Genève (voir infographie ci-dessous), situés sur les deux rives du lac. Une situation de plus en plus problématique, impliquant, à l’instar de Pictet ou de Mirabaud, un regroupement urgent. Ce sera donc à deux pas de l’aéroport: le déménagement commencera en 2010 (lire ci-dessous).

L’histoire de ce nouveau centre d’affaires de Blandonnet est de celles qui, a priori, n’auraient jamais dû exister et encore moins réussir. Dans les années?90, personne ne voulait alors de ce terrain vague de 30?000 mètres carré, situé entre les citernes de Vernier, les voies CFF et l’autoroute de contournement. Et pourtant. ABD Ohayon y a cru et l’a réalisé à travers la société RI Realim: «Mais qu’est-ce que cela fut dur et reste encore difficile», déclare-t-il aujourd’hui, dans un sourire.

Le succès est là. Incroyable. Ce sont tout d’abord le TCS et la Fédération internationale de l’automobile qui s’installent dans le premier bâtiment.

Vient, en 2002, un second immeuble. Plus grand, plus technologique encore dans ses prestations, plus écologique enfin. Les 30?000 mètres carrés ont pu être loués, et ce malgré le 11 septembre 2001, «ayant entraîné le retrait de nombreuses entreprises internationales qui voulaient s’établir à Blandonnet et qui ont subitement résilié leur réservation de location», se souvient Dan Ohayon.

Qu’on en juge. S’y sont établis des sièges européens tels Polo Ralph Lauren ou Gillette (aujourd’hui fusionné avec Procter & Gamble), des sociétés telles Bacardi-Martini, IBM ou VeriSign, ainsi que la grande ONG Global Fund et la mission de Taïwan.

Près de 5000 employés travailleront dans le centre

Le troisième bâtiment – celui où déménagera HSBC – est aujourd’hui en cours de finition. Le bouquet de chantier a d’ailleurs lieu ce soir.

Déjà loué à plus 75% par le biais du courtier immobilier genevois SPG Intercity – et ce, à nouveau, malgré la crise – il accueillera également le siège suisse de L’Oréal, qui va regrouper à Genève la plus grande partie de ses activités helvétiques, installant à Blandonnet quelque 200 employés. De même, le géant américain de forage pétrolier en haute mer Transocean va y installer son siège européen, prenant d’emblée deux étages entiers.

Dans cette phase 3, 1600 nouveaux emplois, nouvellement créés ou conservés de haute lutte à Genève, prendront place. En tout, plus de 4500?personnes travailleront dans le nouveau Centre d’affaires. Blandonnet s’étendra alors sur une surface globale de 85?000?m2 de plancher hors sol et de 80?000?m2 en sous-sol, soit 165?000?m2 de haute technologie, développés avec les standards écologiques (chauffage ou ventilation) et les infrastructures informatiques les plus récentes.

«Une quatrième étape est encore prévue avec la construction d’un hôtel quatre étoiles, explique ABD Ohayon. Le quadrilatère sera alors complet, avec l’accord espéré de l’Etat de Genève…» L’histoire de Blandonnet, qui n’aurait jamais dû exister compte tenu des lenteurs genevoises, aura été réalisée. Grâce uniquement à l’initiative privée.


10 millions de loyer, malgré les citernes!

Le choix de Blandonnet par HSBC a pris environ un an. Les négociations menées entre la famille Ohayon et les dirigeants de la banque privée ont été soutenues, pour le moins. Il faut dire que la direction générale du groupe HSBC, à Londres, a voulu étudier le choix de cet empla­cement. «La grande proximité des citernes l’a effectivement effrayée», confie le chef du projet Jean-Claude Brodard. Et pour cause: l’explosion, en décembre 2005 près de la City, d’un dépôt d’hydrocarbures bien plus petit que celui de Vernier a laissé un traumatisme profond dans la mémoire des Londoniens. «Des expertises très serrées sur les risques ont été réalisées. Leur conclusion a été sans ambiguïté: tout est sous contrôle!»

Dès mi-2010, le grand déménagement de HSBC Private Bank (Suisse) va donc commencer: «En tout, ce seront environ 1100?personnes qui vont s’installer au BIBC. Mais avec les 17?400 m2 que nous avons loués, plus deux étages en sous-sol, la banque privée se dote d’une
capacité totale de 1270?places de travail», raconte Jean-Claude Brodard. C’est, en réalité, toute une aile de onze étages en surface que HSBC va occuper, pour y établir ses services administratifs, le back et le middle-office, ainsi que l’informatique.

A quel prix s’est conclue cette location de très longue durée? Mystère. Mais les prix affichés par le BIBC sur son site Internet oscillent entre 500 et 600?francs le mètre carré. HSBC paierait donc quelque 10 millions de francs par année de loyer. Les économies espérées par le groupe devraient atteindre au moins 10% par rapport à la situation actuelle: «Nous ne gagnerons pas seulement sur les coûts de location actuels, affirme-t-on ainsi chez HSBC, mais également sur les gains d’efficacité, en supprimant, par exemple, les pertes de temps en déplacement d’un bâtiment à l’autre par nos employés.» Au centre-ville, ce sont dès lors environ 13?000 mètres carrés que HSBC va libérer.

Les sièges restent en ville

HSBC conservera, par contre, ses deux enseignes phare, là où est reçue la clientèle, là où travaillent les gérants de fortune, à savoir son siège d’Alfred-Vincent, sur le quai du Mont-Blanc, et celui du quai Général-Guisan. Enfin, le grand bâtiment du quai Wilson – qui vient d’être vendu pour 88,5 millions de francs à la société immobilière Pro-Mond, après avoir été acquis en 1994 pour 24,5 millions – sera bientôt déménagé. Chut! Il se dit qu’un nouvel hôtel cinq étoiles pourrait voir le jour, juste entre le Kempinski et le Président Wilson.

Sondage

Les affiches de la nouvelle campagne «Love Life» contre le sida sont-elles trop osées?




Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce