Succession Couchepin

Didier Burkhalter est élu au Conseil fédéral

Par Xavier Alonso / Romain Clivaz / Serge Gumy / Ron Hochuli le 16.09.2009 à 09:54

Les correspondants de la Tribune de Genève étaient au Palais fédéral. Voici, minute par minutes, le «film» de l'élection du successeur de Pascal Couchepin.

10h05 Didier Burkhalter est élu avec 129 voix!

9h55 Dans la salle des pas perdus, il y a concentration de journalistes a la porte du groupe libéral-radical. Tout le monde aimerait parler au Genevois Christian Luscher... Qui sort enfin: "Je ne suis pas déçu. Le plus important, c'est le parti!"

9h47
Troisième tour: Burkhalter, 80 voix, Luscher 63, Schwaller 95. Il reste 5 voix à Dick Marty, qui est éliminé. Le scénario était cousu de fil blanc. Didier Burkhalter a pris le meilleur sur Christian Luscher. Le Genevois, tout naturellement, est monté à la tribune pour annoncer son retrait en faveur du Neuchâtelois. Et, dans la foulée et au nom de la concordance, l'UDC annonce son soutien à Didier Burkhalter. Pour le Neuchâtelois, le quatrième et dernier tour sera une formalité. Il est quasiment conseiller fédéral.

9h43 Christian Levrat, président du Parti socialiste, passe en trombe dans la salle et lâche à une connaissance: "C'est cuit!". Entendez par là: pour Urs Schwaller.

9h36 Christian Luscher est allé dire bonjour à la délégation genevoise. "Si je descends, je me retire. La suite? Je pense que Didier Burkhalter va monter et moi descendre. Donc je me retire dans ce cas. Voilà comment je vois la suite..."

9h26 Au second tour, Burkhalter et Luscher au coude à coude (72 voix chacun). Schwaller en tête avec 89 voix. Il reste 12 voix à Dick Marty. Didier Burkhalter devrait passer l'épaule au troisième tour en piquant quelques voix à Christian Luscher et en s'accaparant une bonne partie des suffrages encore attribués à Dick Marty. Pour le PDC, la situation devient compliquée. La dernière chance d'Urs Schwaller serait que les démocrates-chrétiens s'amusent à doper le score de Christian Luscher, dans l'espoir de provoquer un final Luscher-Schwaller.

9h20 Dans la salle des pas perdus, la situation semble extrêmement favorable à Didier Burkhalter. Certes, il est troisième du premier tour, mais au suivant il bénéficiera du report de voix de son parti et, au troisième, qui sera éliminatoire, il est très probable que l'UDC se range derrière le Neuchâtelois.

9h15 Pierre Weiss: «De façon générale, le score des 3 candidats PLR montre que les chambres affirment leur volonté de garder la concordance. L'addition des 3 scores l'avère!» Pierre Weiss nous montre sa feuille de pronostics... Pour les 3 candidats officiels le libéral genevois est dans la cible. «On verra la suite», sourit-il!

9h13 Dick Marty à la tribune après ses 34 voix: «La semaine dernière j’ai répondu à une question précise si j’étais élu: j’accepterais. Ce que je voulais exprimer par là était un témoignage en faveur de cette Suisse italienne pas exclue, mais oubliée au Gouvernement. C’était peut-être une provocation de ma part, pour vous faire réfléchir à l’importance d‘une véritable représentation de cette Suisse italienne à Berne. Il est vrai qu’elle s’est mise elle-même dans cette situation. (…) Il faudra y réfléchir, d’abord dans le canton concerné. Je vous invite à élire les candidats officiels et à réfléchir à l’importance de cette concordance.»

9h11 Christian Luscher a réalisé un score moyen. Plafonne-t-il déjà? Il a une soixantaine de voix de l'UDC et une dizaine des radicaux-libéraux. Sa marge de progression est donc restreinte si les radicaux-libéraux se rangent derrière Didier Burkhalter au tour suivant.

9h04 Schwaller en tête (79 voix), suivi de Luscher (73) et Burkhalter (58). Avec 34 voix, Marty vient jouer les trouble-fête. Urs Schwaller fait un score en-dessous des attentes. Il faut dire qu'à gauche le radical tessinois Dick Marti lui a mangé une partie de son gâteau. Aux tours suivants, ces voix devraient se répartir entre Didier Burkhalter et Urs Schwaller. A la tribune, Dick Marti vient de s'expliquer.

8h58 Dans la salle des pas perdus, le radical vaudois Charles Favre respire la sérénité. Il estime "raisonnables" les chances de Didier Burkhalter de l'emporter. Et il avoue respirer beaucoup mieux depuis qu'il a appris le faible soutien de la gauche à Urs Schwaller. La voie royale pour le Neuchâtelois? A vérifier aux tours suivants.

8h53 Christian Luscher au téléphone après ce premier tour. Palabres et discussions en attendant le dépouillement...

8h50 Les scrutateurs sont en train de dépouiller les bulletins de vote du premier tour. Pendant ce temps,  parlementaires et observateurs distillent interviews et commentaires dans la salle des pas perdus.

8h42 Le premier tour commence. Distribution des bulletins de vote.

8h38 Les chefs de groupe, à la tribune, donnent la position de leur parti. L'UDC Baader réitère son soutien au Genevois Christian Luscher.

8h33 Christian Luscher, tendu, sourit peu. C'est assez rare pour être souligné. Sa cravate sombre et sobre est inhabituelle. Le "sonny boy" du Parlement n'est pas dans le rôle qu'on lui connaît!

8h28 Les manoeuvres d'intimidation ont commencé. La cheffe du groupe radical-libéral Gabi Huber vient une dernière fois "vendre" les deux candidats officiels à la tribune. Et de préciser: "Fulvio Pelli n'est pas candidat, comme il l'a dit à plusieurs reprises." Eclats de rire dans la salle. Elle souligne que Dick Marty et Pascal Broulis ne sont pas davantage candidats.

8h22 Pascal Couchepin a quitté la salle, avec le reste du Conseil fédéral. On lui a remis des fleurs, il est suivi par les radios et les télés. Il n'a rien dit...

8h16 Discours de Pascal Couchepin. Sur le thème d'ouverture "quarante ans de responsabilité politique"...

8h14 Ovation pour Pascal Couchepin. La salle est debout!

8h10 La présidente rend hommage a Pascal Couchepin. Le Valaisan est très ému. Il a un masque qu'on ne lui connaît pas!

8h05 La lettre de démission de Pascal Couchepin est lue dans un «français fédéral» par le secrétaire général de l'Assemblée fédérale. Ainsi, la question des langues s'invite déjà dans l'hémicycle. Avec un effet surprenant: le rire de Pascal Couchepin lui-même, repris par une bonne partie de l'assemblée.

8h01 Christian Luscher, des fourmis dans les jambes, ne peut s'asseoir. Il serre des mains et papote debout dans les travées.

8h00 C'est parti! Le coup de sonnette a retenti dans la salle du Conseil national où siège l'Assemblée fédérale (National et Etats réunis).

7h43
Les élus reviennent de leurs séances et commencent a prendre place dans la salle du Conseil national. Martine Brunschwig Graf discute avec son voisin Charles Favre! Fulvio Pelli regarde la fresque, souriant.

7h30 Urs Schwaller vient de s'isoler aux Etats. Didier Burkhalter n'est pas loin. Les deux probables finalistes sont là, en silence, assis a quelques mètres l'un de l'autre. Incroyable image!

7h20 Durant la nuit, démocrates-chrétiens et radicaux-libéraux ont fait une cour assidue aux paysans UDC. Et ce matin, dans les deux camps, on arbore une mine réjouie, chacun étant convaincu du report du vote agrarien sur son propre camp. Les UDC ainsi sollicités auraient-ils droit à deux voix, eux qui semblent avoir fait de belles promesses aux uns comme aux autres...?

7h15 Dans la salle des pas perdus, c'est le calme politique avant la bataille. Les élus ont disparus. Ils ont rejoint leur salle de groupe pour leur dernière séance. Au programme, évidemment, la tactique!

7h05 Le groupe radical-libéral rentre en conclave pour peaufiner une dernière fois sa stratégie. Aveu d'une élue influente: "Pas de miracle, pour une fois il faudra que nous soyons disciplinés: nous voulons sauver le siège."

6h45 Arrivée du candidat PDC Urs Schwaller: "Je suis prêt. Je suis bien. J'ai le soutien de mon groupe. Le reste sera décidé par les autres. J'accepterai le résultat en sachant que ce fut une aventure extraordinaire. En 23 ans de politique, je n'ai jamais reçu autant de soutien et de marques de sympathie. Quoi qu'il arrive, cela valait la peine."

6h30 Christian Luscher apparaît dans le hal du Bellevue, hôtel où il a passé la nuit, ses deux enfants couchés sur le canapé de sa chambre. La presse attend le candidat radical-libéral; premières interviews. Cravate sombre, l'air tendu, l'homme va petit-déjeûner au Palais fédéral: "A cette heure, plus rien ne m'appartient."

6h00 Au petit matin de la Nuit des longs couteaux La «Nuit des longs couteaux» s’est achevée vers 2 heures du matin au Bar du Bellevue, le lieu où il fallait être en Suisse. En effet, les caméras des télévisions nationales comme des chaînes privées scrutaient chaque millimètre du lobby et du bar du «5 étoiles» bernois. Pour le coup, notables, stars et politiques de toute la Suisse, et notamment de Suisse romande, étaient venus tâter de l’ambiance fédérale. En vrac: François Longchamp, Marc Muller, Jacqueline de Quattro, Michel Zendali et son fils le jeune politicien PS Benoît Gaillard, ou encore Philippe Nantermod jouaient des coudes pour être sur la photo.

Evidemment, le candidat genevois Christian Luscher faisait des heures sup’ au bar. «Je vais me coucher à deux heures… quatre heures de sommeil me suffisent pour être en forme!», glissait-il encore, un verre de champagne à la main.

Mais s’est-il passé quelque chose? En tout cas pas au bar du Bellevue… Résultat de cette Nuit des longs couteaux? Si rien n’est à exclure, il apparaît que le Neuchâtelois Didier Burkhalter tient le bon bout. Les élus UDC ont confié ainsi que, tout à l’heure à 7 h, lors de la réunion du groupe UDC aux Chambres fédérales, Christoph Blocher remettrait la compresse et appellerait les siens à se rabattre rapidement sur le sénateur neuchâtelois. Le tribun zurichois l’avait déjà fait la veille. Dans cette configuration-là, si les UDC viennent grossir de leurs voix le soutien à Didier Burkhalter qui est en droit d’espérer un certain nombre de voix à gauche (15 au PS et 7 à 8 chez les Verts). L’affaire est entendue.

Ainsi Christophe Darbellay, le président du PDC, tenait déjà vers 1 heure du matin, un discours de perdant. Ou du moins le préparait: si, en préambule, il faisait l’article sur son champion Urs Schwaller, le Valaisan réfutait vouloir jouer un coup et tenter de porter des voix sur Luscher pour éliminer Burkhalter.
Nous ne pouvons nous permettre de jouer des jeux dangereux et ensuite être éliminés. Personne ne le comprendrait: ni nos électeurs ni les autres partis. Nous devons tout miser sur notre champion, quitte à perdre de quelques voix en finale. Nous pourrons ensuite aisément débriefer notre campagne et l’expliquer. Surtout que tous reconnaissent la supériorité de notre candidat, mais cette élection est politique… Disait en substance un Christophe Darbellay, plus résigné et calme que d’ordinaire.

...Et commence la nuit des longs couteaux

22h18 Au café fédéral, élus et journalistes se mélangent dans la nuit qui commence.

Croisés sur la place fédérale les PLR Laurent Favre (Neuchâtel) et Hugues Hiltpold (Genève). Détendus. Sans cravate. "il faut laisser faire!" Direction le Bellevue...

21h18 Yves Nidegger (UDC Genève): "Si les radicaux font leur boulot, ils conserveront leur siège. Trouver dix voix (pour Christian Luscher), ce n'est pas la fin du monde."

Hans Fehr (UDC Zurich): "Il est possible que l'UDC reporte ses voix surf Burkhalter si elle se rend compte que Luscher n'y arrivera pas. Mais pour l'instant, Luscher garde toutes ses chances."

20h30 Après les auditions, quelques langues se délient.

Du côté des écologistes, le Vaudois Christian Van Singer est formel : « Christian Luscher s’est opposé au droit de recours des organisations écologistes, et ses positions sont très éloignées de celles des Verts. Même si c’est le candidat le plus sympathique et qui a le plus de bagout, il n’est pas éligible pour nous.»

Eric Voruz, socialiste vaudois: «Je soutiendrai Urs Schwaller, avant tout pour des raisons de contenu. On l’a bien vu ces derniers jours, par exemple sur les mesures conjoncturelles, le PLR a une attitude incompréhensible. Comme s’il voulait plaire à l’UDC. Et même si Urs Schwaller n’est pas Romand, je suis convaincu qu’il sera attentif au respect des minorités. »

Le vent tournerait-il?

18h50 "Si nous assistons à une finale Schwaller - Burkhalter, c'est M. Burkhalter qui l'emportera." Cette voix démocrate-chrétienne analyse froidement la situation. Urs Schwaller, lui, continue d'y croire. "Mes chances sont toujours de 50 - 50", tente de se convaincre le Singinois.

18h35 "Ce soir, les chances de Didier Burkhalter ont augmenté." Ce responsable socialiste réagit au vote intervenu au sein du groupe PS aux Chambres. Le PDC Urs Schwaller a certes reporté la majorité (25 voix sur les 40 suffrages exprimés), mais le libéral-radical Burkhalter a fait un meilleur score que prévu (15 voix). Pas une voix du PS ne se reportera par contre sur Christian Lüscher.

Schwaller aurait-il déçu les socialistes? Les témoins de son audition, qui fut pourtant applaudie, affirment que le PDC fribourgeois est resté très vague sur ses engagements sur les questions sociales et environnementales. La question de la langue a aussi joué contre lui. Et au PS, des voix s'élèvent: pourquoi secouer le système de la concordance pour un homme finalement très proche des libéraux-radicaux?

18h11 Les socialistes avaient promis de rester transparents dans leur vote, ils ont tenu parole: après audition des trois candidats, le groupe donne 25 voix à Urs Schwaller, 15 à Didier Burkhalter. Il n'en a donné et n'en donnera aucune à Christian Luscher (neuf élus excusés).

«Ce n'est pas un vote pour la concordance, mais pour une personne», admet un porte-parole du groupe.

17h15 Le groupe UDC soutient Christian Luscher et prévient qu'il ne laissera échapper aucune voix vers le PDC! Ce discours musclé, c'est le chef du groupe, le Bâlois Caspar Baader, qui vient de le tenir.

En clair: l'UDC met la pression et veut se donner la possibilité de faire son choix. Il soutiendra Christian Luscher, qu'il estime être le plus proche de sa ligne politique, jusqu'au bout. Le vote du groupe est net: 59 voix pour le candidat du bout du lac contre deux en faveur de Didier Burkhalter. Même si on sait que dans un vote final contre Urs Schwaller, le Genevois aurait peu de chances de passer l'épaule.

Et si Luscher se désiste en faveur de son colistier? L'UDC n'exclut pas de lancer son candidat, le Fribourgeois Jean-François Rime.

Le groupe UDC se réunira demain à 7 h pour affiner sa tactique en fonction des événements qui auraient émaillé cette «nuit des longs couteaux».

16h20 Le Parti bourgeois démocratique (les dissidents de l'UDC qui ont suivi les conseillers fédéraux Samuel Schmid et Eveline Widmer-Schlumpf) a fait son choix. De ses six députés, une majorité votera Didier Burkhalter - et une minorité Urs Schwaller. En clair, ce sera quatre voix pour le premier, deux pour le second.

Commentaire de la Grisonne Brigitta Cadient: «Les deux candidats sont tous deux compétents». Christian Luscher appréciera...

Examens et récréation

16h25 Christian Luscher est en grande discussion avec les responsables du protocole de l'Etat de Genève. Ensemble, ils mettent au point le déroulement de la petite cérémonie prévue en cas de victoire genevoise.

Tout y sera: discours, visite des grenadiers, etc. Seule une grande question reste ouverte: qui cassera la marmite de l'Escalade?

15h55 Les trois candidats officiels au Conseil fédéral sont en ce moment même en audition au parti socialiste.

L’UDC recevra tout à l’heure Didier Burkhalter et Christian Luscher. Par contre, les démocrates du centre ne recevront pas le PDC Urs Schwaller.

Les Verts, eux, ont procédé à leurs auditions mardi dernier, mais communiqueront le résultat de leurs réflexions également en début de soirée.

Ce matin, au Pas perdus du palais fédéral, la messe semblait dite ! Les parlementaires, avares de leurs confidences mais prolixes en bavardages, ne semblaient pas attendre grand-chose des auditions. A part, peut-être, confirmer leur choix ! Et ce qui se dessine, c’est un duel final Burkhalter – Schwaller avec une issue incertaine.

Pour en arriver-là, et c’est ce qui sera décidé cet après-midi aussi dans les groupes et notamment le PLR, la tactique devrait se resserrer autour des favoris. Très clairement, les libéraux-radicaux vont sans doute serrer les votes sur Didier Burkhalter, histoire de ne pas le mettre en difficulté face à son colistier Christian Luscher.

 

Sondage

La consommation de viande de chat ou de chien vous choque-t-elle?




Sondage

La Suisse devrait-elle investir massivement dans les énergies renouvelables?




Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce