Massif de la Jungfrau

Les yeux rivés sur le glacier qui menace de céder

Par Nadine Haltiner le 06.10.2011 à 00:00

Une faille s’est creusée dans le glacier de Giesen. Un énorme pan de glace risque de s’écrouler sur Lauterbrunnen (BE). Les autorités s’y préparent. Un plan d’évacuation est prêt.

Le Coiffeur du glacier, le Bar du glacier, le Physiothérapeute du glacier… A peine les touristes arrivent-ils à Lauterbrunnen qu’un subtil parfum de glace vient leur chatouiller les narines. Encastrée dans une étroite vallée à 800?mètres d’altitude, la commune de 3000 âmes est fière d’afficher qu’elle vit au pied du massif de la Jungfrau. Des centaines de touristes viennent quotidiennement y admirer le majestueux sommet sur lequel dansent les glaciers. Et il leur suffit de lever les yeux pour être éblouis par les neiges éternelles. Mais derrière ce panorama idyllique se cache une sournoise menace. A quelques centaines de mètres du centre du village, 2000?mètres plus haut, un énorme pan du glacier de Giesen risque de céder et de s’effondrer dans la vallée.

«Nous y sommes très attentifs», confie Christian Abbühl, collaborateur au Département communal de la construction. Le danger a été signalé il y a un mois aux autorités. «Des habitants nous ont dit que le glacier avait changé d’aspect», explique-t-il. En observant la face nord de la Jungfrau, ils ont remarqué qu’une énorme crevasse de 300?mètres de long s’était forgée dans la moraine. Si bien qu’un bloc de glace aussi grand qu’une dizaine de terrains de football risque de se détacher à tout moment.

«Mais personne ne sait quand cela arrivera, note le fonctionnaire. Nous avons fermé une partie du périmètre aux randonneurs et il est prévu d’installer des caméras de surveillance d’ici à la fin du mois. Pour l’heure, les glaciologues ignorent ce qui se passe sous la glace.
  
La chute peut arriver demain, dans deux ans ou jamais.»

La chute du glacier déjà ce soir?
Selon certains experts, cités par la télévision alémanique, la chute serait imminente. Les températures estivales des dernières semaines et la baisse brutale du thermomètre annoncée pour la nuit prochaine risquent d’accélérer le processus. Plusieurs centaines de milliers de mètres cubes de glace s’écraseraient alors sur la commune.

«Mais aucun habitant n’est menacé, tient à rassurer le représentant de Lauterbrunnen. Au pied de la falaise, il n’y a pas d’habitation.» «Le danger est indirect, ajoute Martin Funk, le glaciologue qui suit de près la situation. Si la glace s’effondre en contrebas, un barrage risque de se former sur la rivière (ndlr: le Trümmelbach ). Au moment de sa rupture, il pourrait y avoir une inondation en aval.» Le raz de marée submergerait bon nombre de chalets et de maisonnettes fleuries.

«Nous avons élaboré un plan d’évacuation, précise Christian Abbühl. Mais comme le niveau de la rivière est bas cet automne, je ne pense pas que le danger soit si grand. En tout cas, nous disons à la population de ne pas s’inquiéter.»

Celle-ci se montre d’ailleurs philosophe. «Si l’eau doit arriver, elle arrivera», lance une dame d’un certain âge. «Nous ne vivons pas avec la peur au ventre, sourit Hans Von Allmen. Ici, on aime se laisser surprendre!» Ce tenancier d’un petit hôtel, qui arbore avec humour des boucles d’oreilles en forme de vache, rappelle que son village en a vu d’autres. «En 1999, nous étions submergés par des avalanches. Plus tard, nous avons vécu des inondations à cause des orages. Et, régulièrement, les glaciers du coin nous réservent des surprises. Mais nous vivons avec la nature et savons que les glaciers sont vivants. Tout peut donc arriver.»

«Aux premières loges…»
«En février, il y a déjà eu plusieurs chutes de moraines sur l’autre face de la Jungfrau, ajoute Edith Gertsch, la bouchère du village. Nous suivons avec attention ce qui se passe au Giesen mais avons l’habitude de ce genre de phénomène.»

Tous espèrent que le glacier se fortifiera avec l’hiver, tout en sachant qu’ils ne seront jamais vraiment à l’abri. «Nous sommes aux premières loges pour observer le changement climatique, constate Sonja, une résidente de 50?ans. Quand j’étais enfant, le glacier était plus épais et plus long. Maintenant, il recule de plus en plus vite et les chutes de moraines deviennent plus fréquentes. C’est triste, mais cela fait partie de notre vie.»
Une vie qui continue coûte que coûte au pied de la Jungfrau. Hier, le Coiffeur du Glacier n’a pas désempli. Le bar homonyme a ouvert ses portes à l’heure. Et des centaines de touristes japonais et indiens ont capturé des neiges qui ne resteront sans doute éternelles que sur leurs photos.

Sondage

Les affiches de la nouvelle campagne «Love Life» contre le sida sont-elles trop osées?




Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce

Service clients

  • Abonnements et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h/13h30-17h
    Tél. 0842 850 150, Fax 022 322 33 74
    Depuis l'étranger: +41 22 322 33 10
    Adresse postale: Service clients
    CP 5306 - 1211 Genève 11