Sommet climatique

Doris Leuthard à Durban: «Il est urgent d'agir»

Par ATS le 08.12.2011 à 11:59

La conseillère fédérale Doris Leuthard a plaidé jeudi à Durban en faveur d'un nouveau régime écologique plus ambitieux et contraignant, lors du sommet de l'ONU sur le climat.

«Il est urgent d’agir pour combattre le changement climatique», a dit jeudi Doris Leuthard à Durban devant la conférence de l’ONU sur le climat. La conseillère fédérale a appelé les grands pays pollueurs à s’engager, «proportionnellement à leurs capacités» en faveur d’un Protocole de Kyoto post-2012.

Mme Leuthard a rappelé qu’en 2010 à Cancun, au Mexique, il a été convenu de limiter le réchauffement de la planète à 2 degrés Celsius. «Or, au vu des engagements et actions décidés à ce jour, cet objectif est pour l’instant hors de portée», a regretté la cheffe du Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication (DETEC).

«Le temps presse. Nous devons convenir d’un nouveau régime sur le climat qui soit plus ambitieux», a-t-elle lancé devant les représentants de quelque 190 pays réunis depuis une dizaine de jours dans la cité sud-africaine.

La conseillère fédérale a plaidé en faveur d’un régime juridiquement contraignant. Un régime auquel participerait tous les principaux pollueurs (émetteurs de gaz à effet de serre, GES), «basé sur le principe des responsabilités communes mais différenciées».

Mettre en oeuvre le «Fonds vert»

Ce régime doit être transparent et permettre de contrôler les initiatives des pays dans leur lutte contre les émissions de GES et leurs conséquences. Mais il doit aussi être basé sur les «capacités respectives». Il faut par conséquent trouver «un arrangement équitable destiné à aider les pays et les populations les plus vulérables», a ajouté Mme Leuthard.

La cheffe du DETEC a estimé urgent de mettre en oeuvre le «Fonds vert pour le climat», qui devra permettre d’aider financièrement les pays en développement. A ce propos, elle a rappelé la disposition de la Suisse à accueillir le siège du Fonds à Genève.

Les Etats présents à la réunion doivent trouver un successeur au fameux protocole de Kyoto, afin de réduire les émissions de GES, tenus responsables de l’élévation du niveau des mers, de la hausse des températures mondiales et de nombre de catastrophes climatiques.

Sondage

La loi va exiger un vin genevois dans les bistrots et restaurants du canton...




Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce

L'actualité croquée par Herrmann