FOOTBALL

Evian-Thonon-Gaillard au Stade de Genève, Servette ne peut pas s’y opposer

Par Pierre Nusslé le 15.04.2010 à 00:00

Le club haut-savoyard aimerait jouer ses matches à la Praille s’il est promu (demain?) en Ligue 2 française. Annecy n’est pas très chaud pour être la roue de secours.

En s’imposant à Rodez, samedi, grâce à un but de Youssef Adnane, l’attaquant prêté par Angers, Evian-Thonon-Gaillard FC (ETGFC) a fait un grand pas vers la Ligue 2 française. S’il remporte son match contre Amiens demain soir (20?h) à Thonon, le club haut-savoyard sera officiellement promu à cinq matches de la fin du championnat de National (3e division). En effet, Créteil et Beauvais (4e) pointent à seize longueurs du leader et les trois premiers du classement obtiennent un sésame pour la juteuse L2 dont chacun des vingt clubs profite largement des droits de retransmission télévisés (4 millions d’euros par saison).

Depuis l’automne dernier, Patrick Trotignon tente de pousser les portes du Stade de Genève afin que son club, dont il est le président, puisse y jouer ses matches en cas de promotion. Le dossier avance pas à pas. Tout le monde semble acquis à l’idée que la belle enceinte de la Praille, sous-utilisée, peut très bien accueillir une deuxième équipe.

Sauf Servette. Selon David Pivoda, vice-président du club genevois, interrogé par le gratuit 20?minutes, «il sera très compliqué de coordonner les calendriers des matches. Nous craignons pour le sentiment d’appartenance des supporters servettiens, qui estiment que c’est leur stade. Et dans quel état se retrouvera la pelouse avec le double de rencontres?»

Pas de droit exclusif

Benoît Genecand, le président de la Fondation du Stade, réfute tout net ces affirmations: «Servette ne peut pas s’opposer à la venue d’un autre club à la Praille. Il n’a pas de droit exclusif. Je comprends la réaction des dirigeants, qui craignent la concurrence. Je pense que les deux clubs peuvent tout à fait s’entendre sur beaucoup de points, comme par exemple des stages communs, des échanges, la formation, etc. Tout est envisageable avec de la bonne volonté. Lorsque le Conseil d’Etat de Genève a reçu la proposition d’Evian-Thonon-Gaillard, il a écrit au Servette FC et personne n’a vraiment fait preuve d’hostilité», souligne M. Genecand.

L’harmonisation des calendriers ne devrait pas poser de problèmes insolubles, car la Ligue 2 française joue souvent le vendredi soir à 20?h ou le lundi.

Servette et ETGFC peuvent évoluer en alternance. «La Fondation du Stade milite pour que l’enceinte soit mieux utilisée pour le football. Nous avons là une belle occasion», ajoute Benoît Genecand.

Le président français de la Commission des stades de la Ligue sera demain à la Praille pour rencontrer les dirigeants de la fondation. Une décision définitive sur la venue du club savoyard à la Praille interviendra ces prochaines semaines. Au plus tard le 20 mai, à l’issue du conseil de la Fédération française de football. «Le dossier est bien avancé, mais il reste fragile. Pour le Stade de Genève, ce ne peut être que bénéfique. On va ajouter une plus-value au stade», affirme Patrick Trotignon.


Annecy hésite

Selon la presse haut-savoyarde d’hier, Annecy ne semble pas très chaud pour accueillir Evian-Thonon-Gaillard au Parc des Sports.

Dans le Messager, l’adjoint aux Sports de la ville, François Scavini, estime que «l’organisation serait trop compliquée. La Ligue professionnelle envisage en effet de faire jouer des matches non seulement le vendredi soir, mais aussi le samedi et le dimanche.»

L’enceinte annécienne devrait faire l’objet d’importants travaux pour au moins 1,5 million d’euros à la charge du club, qui pourrait cependant compter sur quelques subventions départementales et régionales. «L’ennui, c’est que le Parc des Sports est utilisé par de nombreuses associations et la cohabitation avec un club de foot pro serait difficile», ajoute l’élu. PN