Litige

Une loi force Nestlé Zimbabwe à céder 51% de ses actifs aux indigènes

Par ATS le 26.09.2011 à 14:48

Au Zimbabwe, une filiale de Nestlé doit être expropriée de 51% de son capital et céder la part à des indigènes en vertu d'un loi entrée en vigueur en mars 2010.

La filiale de Nestlé au Zimbabwe doit être expropriée de 51% de son capital et céder la part à des indigènes, selon la loi zimbabwéenne sur l’indigénisation. Douze autres multinationales, ayant une entité basée dans le pays, dont British American Tobacco et la Barclays Bank, sont concernées.

Cette loi, entrée en vigueur en mars 2010, exige que toute entreprise détenue par des étrangers, ayant au moins 500’000 dollars (453’000 francs) d’actifs, cède 51% de ses parts à des zimbabwéens indigènes (noirs).

Les multinationales ont jusqu’à fin septembre pour s’y conformer sous peine de subir une procédure pour faire annuler leurs licences, ouverte par le ministère en charge du dossier.

«Nestlé Zimbabwe a proposé un plan relatif à l’indigénisation en novembre 2010», a expliqué Nina Caren Backes, porte-parole du groupe alimentaire vaudois, revenant sur une information de «L’Hebdo».

Pas une première

«Nous avons également répondu à une lettre reçue de la part du ministère de l’indigénisation le 18 août 2011 et nous sommes en contact avec les autorités concernées depuis lors», a ajouté Nina Caren Backes.

Ce ne sont pas les premiers problèmes administratifs que Nestlé Zimbabwe rencontre avec le gouvernement. En décembre 2009, son usine avait temporairement fermé, après avoir subi des pressions des autorités pour acheter du lait de certains fournisseurs, qui n’étaient pas sous contrat avec la société.

Nestlé est présent au Zimbabwe depuis 50 ans. Le géant veveysan possède une usine dans la capitale Harare, qui produit pour le marché local des céréales et du lait en poudre pour enfant. Le site emploie environ 200 personnes.

Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce

L'actualité croquée par Herrmann