PEINTURE

La collection Jean Planque ira à Aix-en-Provence

Par ÉTIENNE DUMONT avec ATS le 17.09.2010 à 15:11

La fondation devait constituer le fleuron du nouveau Musée des beaux-arts de Lausanne. Mais sa construction aura trop tardé...

Sale coup pour la fanfare! La collection Planque n’ira pas au futur et utopique nouveau Musée des beaux-arts de Lausanne, dont elle devait constituer le fleuron. Elle sera déposée au Musée Granet d’Aix-en-Provence «pour 15?ans au moins». Le Conseil d’Etat, bien optimiste, prend en compte l’hypothèse d’un retour».

Dans un communiqué, la Communauté du Pays d’Aix a annoncé vendredi qu’elle venait de signer avec la Fondation Jean et Suzanne Planque une convention de dépôt des œuvres réunies par son fondateur. Maryse Joissains Masini, sa présidente, se réjouit de cet «apport inestimable» pour le musée Granet. Un musée qui vient de subir une complète et intelligente rénovation. Un musée qui a besoin aussi de voir ses collections élargies pour le XXe siècle. Philippe Meyer a certes fait un legs important, il y a quelques années (Cézanne, Balthus, de Staël…). Mais le mécène avait réservé le meilleur au Musée d’Orsay. Paris sera toujours Paris…

Picasso et Van Gogh

La collection est constituée d’un ensemble prestigieux de près de 300 tableaux, dessins et sculptures du XXe siècle. Ils ont été réunis par le Vaudois Jean Planque (1910-1998), que l’on surnommait «l’œil de Beyeler». Les noms les plus célèbres abondent. Citons Van Gogh, Klee, Degas, Léger, Nicolas de Staël, Monet, Dubuffet, Aloïse ou Soutter. Plus bien sûr Picasso, avec qui Planque fut de nombreuses fois en contact. On sait comment fonctionnaient les choses. Planque travaillait pour le marchand bâlois. La cagnotte gonflait. Et crac! Le Suisse romand cassait sa tirelire lorsqu’elle était assez remplie.

«L’attrait du collectionneur pour Cézanne, (…), le fait qu’Aix-en-Provence soit la ville de Cézanne et que Jean Planque y ait séjourné plusieurs années, le dynamisme du Musée Granet (…) ont été les atouts importants qui ont permis de conclure cet accord», explique Maryse Joissains Masini.

Des tentatives maladroites

Dans son communiqué, le gouvernement vaudois «prend acte» du dépôt en France de la collection Planque. Après l’échec de Bellerive, il rappelle «avoir proposé son appui financier à la fondation.» Cette dernière, dirigée par le Genevois Florian Rodari, se donnait alors au plus offrant. Il l’a en outre «tenue au courant de l’évolution du nouveau projet de musée», cette fois dans les anciennes halles CFF de la gare de Lausanne.

Reste à savoir ce que décidera maintenant la galeriste lausannoise Alice Pauli, qui avait aussi promis son fonds à un musée qui tarde décidément trop à se concrétiser.

Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce

Sondage

Faut-il augmenter le nombre de radars sur les routes suisses?